DON DE SOLIDARITE

Je donne, tu donnes, il donne,

nous donnons, vous donnez… Ils vivent heureux !

“Le don est échange de vie ; et la vie échange de don” 1

L’animalerie en ligne WANIMO, par le biais de Mme Darbon et avec la participation de Seconde Chance 3, a fait un don de solidarité considérable à la chatterie de notre association sous forme de caisses de transport, corbeilles, paniers et tipis, jouets, niches extérieures et arbres à griffer pour le bonheur et le bien être de nos pensionnaires !

Par ceci  nous exprimons notre immense gratitude à WANIMO et nous invitons tout visiteur de notre site à la recherche de matériel pour son chat ou son chien de rendre visite à l’animalerie en ligne WANIMO méritant largement le détour.

“De même que la rivière retourne à la mer, le don de l’homme revient vers lui” 2

Nous ne pouvons que souhaiter une belle réussite à cette généreuse animalerie si impliquée et dévouée.

Micheline Caspar
Présidente de NOE 47

1- Paul Zumthor

2- Proverbe chinois

Adoption chien, chat et rongeur

NOUVELLE LOI ?

 

Assemblée nationale du 11 avril 2014, Amendement N°59 :

Le 11 avril 2014, l’Assemblée nationale a adopté un amendement présenté par M. Glavany et modifiant le code civil. Un nouvel article 515-14 stipule :

Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité. Sous réserve des lois qui les protègent, les animaux sont soumis au régime des biens corporels.”

Cet amendement donne une définition juridique de l’animal, être vivant, doué de sensibilité et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l’accent sur les lois spéciales qui les protègent.

Les animaux ne sont enfin plus des « tabourets qui se déplacent »

Le 28 janvier 2015, le Parlement a adopté définitivement le projet de loi amendant le Code civil pour reconnaître la nature d’être vivant et sensible à l’animal, harmonisant ainsi le Code civil (qui constitue le fondement du droit français) avec le Code pénal et le Code rural. Ce dernier reconnaissait déjà l’animal comme un être sensible, l’article L214 de la loi du 10 juillet 1976 spécifiant : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce. »